Voyage dans le cerveau d’un autiste/ chercheur pour voir sa découverte, changer votre regard sur l’autisme …et peut-être comprendre le monde actuel

Là encore, l’observation du fonctionnement du cerveau d’un autiste permet de commencer à comprendre certains mécanismes invisibles pour un neurotypique.

Dans le mémoire professionnel, que vous pouvez télécharger ou consulter sur le lien suivant : https://wp.me/PdwCuG-i   page recherche de l’association d’aides aux victimes de souffrance au travail organisationnelle. Je parle des neurones miroirs dont je suis dépourvu. C’est la caractéristique neurologique des autistes (cf. Le troisième cerveau » de Jean Michel   OUGHOURLIAN).

Voilà l’origine du handicap, mais soyons prudents : Les neurones miroirs sont une découverte récente et ne font pas encore consensus. Laissons les scientifiques travailler.

Dans mon mémoire professionnel, je ne présente pas ce manque comme un handicap.

Dans Voyage dans le cerveau d’un autiste pour découvrir une méthode de voyou caractéristique d’un harcèlement moral Institutionnel.  Les révélations sont des actions ! – l’Association d’aides des victimes de souffrance au travail organisationnelle (2avsto.fr)

J’écris : « L’une des faiblesses d’un autiste est sa naïveté dans les rapports sociaux. Elle est compensée par la recherche de règles sur lesquelles s’appuyer pour pouvoir agir, décider.

Je décris des épisodes de 2008. Après cela, LA POSTE, n’ayant pas réussi à me faire partir me classa dans une nouvelle catégorie, que je découvris plus tard, lors de la rédaction du mémoire de MASTER 2 à l’IAE de LYON : Les sureffectifs.

Ayant émis le souhait de ce projet de reprise d’étude, le directeur du courrier du 69 me convoqua. Il me donna son accord, en l’assortissant d’une proposition : Aller dans un centre d’entraide pour trier les lettres en retard. Je refusai et il n’insista pas et me donna néanmoins son accord.

Je ne fus pas le seul à recevoir cette proposition, mais le seul à la refuser (sans difficulté)…

Une question m’obséda : Comment ai-je pu être le seul ? = Pourquoi des gens intelligents n’ont-ils pas osé dire non ? Et en quoi étais-je différent ?

La découverte de mon autisme ne mit pas fin à cette question obsédante !

Mais, par hasard, (ou non), j’ai eu la réponse dans une réunion de tous les encadrants d’une direction opérationnelle comprenant des établissements du Rhône et du Nord Isère.

Elle provoqua chez moi, après coup, un grand désarroi ; En effet, cette direction opérationnelle était illégale, puisqu’elle n’était pas conforme aux textes (Les établissements du Rhône dépendaient tous d’un unique directeur opérationnel, qui n’était pas l’organisateur de cette réunion de sécurité). Cette différence ne perturbait ni mes camarades du CHSCT, ni ceux du syndicat CGT du Rhône. Mon désarroi disparut, lorsque jélaborais une hypothèse : Cette structure avait été bâtie pour rendre les recours difficiles devant un tribunal administratif. Donc, La Poste avait des « choses » à cacher, condamnables par des tribunaux.

Mon hypothèse fut validée, lorsque, le 16 mars 2020, je demandais à ma directrice, Madame C., le prolongement d’un an de ma carrière, au-delà de la limite d’âge. Réaction de ma directrice, saisissant la formidable opportunité de la covid-19 sous prétexte de cas contact et d’une vulnérabilité supposée (mon âge): Elle m’évinça le lendemain, puis refusa mon retour au travail.

Je déposai, le 14 mai un recours gracieux auprès du Directeur opérationnel officiel Ain Rhône de la DEX AURA La Poste

La réaction fut immédiate : Le 16 mai 2020, M R., DIRECTEUR OPERATIONNEL non officiel DE LA DEX AURA, répondait, par courriel à la LR/AR 1A 149 067 0845 8 du 14 mai 2020, envoyée, personnellement et seulement à H., Directeur opérationnel du NOD Ain Rhône de la DEX AURA La Poste. Extrait de ce courriel : « J’ai lu avec attention votre courrier dont je note qu’une partie des faits exposés ne retranscrit en rien la réalité des situations vécues. …

Cependant, je tiens à vous signaler que la totalité des documents que vous avez remis à M B. sont à la signature de M H.… ».

Je déposai alors le vrai recours gracieux

« M. R. ne peut donc prendre de décision, en réponse à un courrier, qui vous est personnellement adressé….. je vous demande de conclure à l’illégalité de cette décision, de constater l’urgence de la situation et, en conséquence, de me renvoyer avant le 14 juin, signée par vous, la demande ci-jointe (Production n°1). »

H., Directeur opérationnel du NOD Ain Rhône signa. Je pouvais envoyer mon dossier. Je surveillais son cheminement et je pus réintégrer, une fois acquis qu’aucune manœuvre ne pouvait empêcher la validation dans les temps de cette prolongation.

Je venais de découvrir un principe fondamental validant mes hypothèses de recherche. J’ai, ensuite, éprouvé et démontré la solidité de ce principe et surtout découvert, de surcroit, un principe d’action syndicale et sociale.

En effet, un tel montage officiel signifie beaucoup :

  1. Que l’institution ou l’organisation sait agir illégalement ou illicitement, mais veut éviter des recours juridiques. 
  2. Qu’elle a prévu les comportements de ses collaborateurs, y compris dans la possibilité d’intenter des recours. Ces recours étant forcément individuels, cette prévision est efficace.
  3. Qu’elle n’ait pas prévu une réaction contrant ce montage, sinon un directeur opérationnel officiel et agissant forcément selon les règles n’accepterait pas d’assumer les risques causés par un autre directeur opérationnel, agissant lui, à la limite des règles existantes..
  4. Donc, le cerveau des autistes fonctionne de façon non prévisible par les « sciences de psychologie comportementale ». Cela a permis l’acceptation d’un mémoire professionnel, avec des principes de prévention des risques psychosociaux (la maladie professionnelle du 21ième siècle), dont le principal refus de la mise en concurrence entre salariés, ainsi que la mise en évidence du danger des critères comportementaux lors des évaluations du personnel. Ce mémoire est devenu un formidable outil d’action syndicale

Ce principe est vraiment généralisé.

  1. Au même moment Thibaud BRIERE écrivait son livre « TOXIC MANAGEMENT » où il décrit les principes adoptés par un dirigeant d’une entreprise libérée, étape suivante où les règles et les hiérarchies seraient supprimées :« Fasciné par les neurosciences, le dirigeant envisage de changer les comportements de ses collaborateurs… Dans les médias, le dirigeant est encensé pour la dimension innovante de son modèle d’entreprise libérée. »
  2. Dans la société française, il y a certes un mouvement de dérégulation, comme dans tout l’Occident (et au-delà), mais il existe aussi depuis une trentaine d’années à coup de réformes de procédures qui s’accélèrent depuis 2017, une remise en cause de la spécificité du droit français (accès aux recours par tout citoyen). Une expérience menée dans le cadre de ma copropriété, dont le résultat sera présenté sur ce site en avril, le démontrera.

La découverte des neurones miroirs est très récente et la chercheuse, faisant référence en matière d’autisme, ne mentionne pas dans sa formation sur le sujet. Je considère néanmoins que la non prévisibilité du comportement des autistes suffit à la poser comme hypothèse causale très sérieuse. Mais, dans le cadre de cet article, je ne développerai pas plus.

Comment l’absence de ce mécanisme merveilleux de connexion peut-il se transformer de faiblesse en atout ? Tournons nous vers les religions, et en particulier vers la religion chrétienne, qui a fait de cette transformation l’un de ses piliers.

La tentation du Christ par SATAN

La (es) religion (s) chrétienne (s) affirme (nt) que le Christ s’est nommé fils de Dieu et qu’elles le croient. Elles ont recueilli ses paroles dans des écrits. Quatre d’entre eux sont « officiels » et parmi ceux-ci, trois mentionnent l’épisode de son séjour dans le désert où il fut tenté. Je n’ai pas lu les très nombreux commentaires de théologiens réputés, mais, par ma nature d’autiste, faisant fi des codes sociaux, je m’autorise à donner le mien : La signification première (truisme ?) c’est qu’un fils de Dieu est soumis comme tout homme aux tentations de Satan. Mais ces tentations au nombre de trois, selon deux évangélistes, sont basées sur un désir suggéré par un autre, nommé SATAN. Or, qu’est un désir suggéré par un autre, sinon la définition des neurones miroirs.

Un autiste n’est pas (ou peu) tenté de cette façon, mais d’autres tentations existent qui le touchent. C’est un indice supplémentaire de l’existence de ce système et de l’importance d’étudier ce système de neurones miroirs et pour la validation de l’hypothèse du professeur Jean-Michel OUGHOURLIAN, concernant l’autisme (« Le troisième cerveau ») : Absence ou faible nombre de neurones miroirs.

Notons que l’analyse comportementale est efficace (marketing, techniques de manipulation/communications…) et s’appuie justement sur ces désirs suggérés. Le recours à la religion est donc pertinent, car SATAN est présent dans nombre de religions. Je m’inscris donc dans la recherche mimétique, qui appréhende de cette façon des « phénomènes » humains comme l’appellation de Grand SATAN pour l’OCCIDENT. Mais, là encore, dans le cadre de cet article, je ne développerai pas plus.

L’analyse comportementale est si efficace, qu’elle a envahi les sociétés occidentales, recouvrant d’un voile mythique (« nudges » bienveillants), la violence extrême dont elles sont porteuses, dues à cette analyse comportementale. La violence, ce ne serait que la force brutale, donc l’Autre/Ennemi. L’enjeu étant l’opinion publique.

Pour en revenir à la façon d’agir, Thibaud BRIERE note que la majorité des collaborateurs de l’entreprise libérée qu’il décrit dans son livre, préfèrent se taire ….pour plusieurs raisons, dont « On ne peut rien faire » (les guillemets indiquent que c’est une phrase courante et non une citation du livre). Et pourtant il note un décalage de plus en plus énorme entre les discours/promesses du groupe qu’il décrit et la réalité.

Un petit livre récent de chercheurs suisses, paru dans les presses polytechniques et universitaires romandes, collection LE SAVOIR SUISSE,

en recensant la littérature universitaire sur le sujet, note ce décalage et pointe avec justesse : « La réalité des entreprises donne à penser que la GRH…relève …d’un « copier-coller » ….Au point qu’on peut avoir l’impression d’un mimétisme des pratiques RH »

Ce mimétisme concerne tous les domaines de la société : Observez la gestion de la COVID-19 et maintenant la guerre, où la conquête de l’opinion devient essentielle, la « venue » au parlement français d’un dirigeant d’un pays belligérant en est la meilleure illustration.

Face à cette « épidémie » /guerre mimétique, les voix autres (les religions, les mouvements de la paix ont du mal à se faire entendre. Le Pape François a pris position sur la notion de guerre juste, en la récusant, à juste raison (comment, si l’enjeu devient la conquête de l’opinion publique, défendre intellectuellement cette notion). 

 Pour des actions collectives, il est donc nécessaire d’avoir une prise de conscience. D’où mon slogan : Les révélations sont des actions. Et l’importance des lanceurs d’alerte. L’émergence de Greta Thunberg montre la nécessité d’une véritable inclusion des autistes. Qui d’autre qu’une autiste pourrait tenir son rôle ? Mais il n’y a pas que des autistes, comme le prouve l’Affaire McKinsey qui a obligé notre président à réagir : « Qu’ils aillent au pénal », lance Macron à ses accusateurs » Le Figaro avec AFP, Publié le 27/3.

Une action collective a bien été lancée

La guerre en UKRAINE a conduit Jean-Marc BOURDIN à écrire un article dans le blogue de l’association de recherches mimétiques: Retour à Lviv… et au droit international – L’ÉMISSAIRE (emissaire.blog) avec un renvoi à un article de 2019, évoquant le(s) génocide(s) rwandais.

Considérant la nécessité de présenter des vrais héros aux neurotypiques, je vous présente Judi REVER, révélant, au péril de sa vie, ayant conscience de ses faiblesses, l’envers d’un faux héros, et illustrant par son témoignage, la réalité du principe découvert et exposé dans cet article et son apport dans la recherche mimétique. Pour permettre des actions collectives, il faut une conscience collective (dont celle de classe fait partie), permises à l’heure actuelle par des révélations apportées par des individus ou de petits groupes.

Ce qu’elle en dit et enfin sa critique par Pascal BONIFACE:

3 commentaires sur “Voyage dans le cerveau d’un autiste/ chercheur pour voir sa découverte, changer votre regard sur l’autisme …et peut-être comprendre le monde actuel

Répondre à Seul un autiste peut oser prétendre contribuer à rendre la théorie mimétique de René GIRARD scientifique !  – l’Association d’aides des victimes de souffrance au travail organisationnelle Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s